En période électorale, les propositions coercitives pour obliger les médecins à exercer “là où on a besoin d’eux”, reviennent systématiquement comme la solution miracle pour résoudre le problème des “déserts médicaux”.

Les projets de choisir à leur place le lieu d’exercice des médecins et les arguments pour le justifier ne résistent pourtant pas à un examen attentif du problème. Il s’agit avant tout d’une pénurie d’offre de soins et non d’un problème de répartition : les difficultés d’accès aux soins touchent toute la France.

Partant de ce constat, les structures représentatives des jeunes médecins (ReAGJIR, ANEMF et ISNAR-IMG) ont travaillé ensemble pour proposer des solutions concrètes aux difficultés actuelles et à venir d’accès aux soins.